Phobie scolaire : quand l’école fait peur


Crises d’angoisse, maux de ventre, vomissements… Submergés par la peur, la détresse, certains enfants et adolescents se rendent complètement malades à la simple idée de mettre un pied à l’école. Un phénomène en augmentation, affirment les spécialistes qui voient chaque année de plus en de cas se présenter en consultation.

phobie-scolaire

UN PHÉNOMÈNE ENCORE FLOU

Sans chiffres officiels, difficile de savoir combien d’enfants et d’adolescents sont concernés. Les données qui circulent, lesquelles émanent d’études dont on ne sait la provenance, estimeraient entre 4 et 5 % la proportion d’élèves en âge de suivre une scolarité obligatoire (de 6 à 16 ans) victimes de troubles anxieux les empêchant, sans qu’ils sachent réellement pourquoi, de se rendre normalement en classe. Parmi eux, près d’1% souffriraient d’une forme plus sévère encore : la phobie scolaire.

Un terme sur lequel tous les spécialistes ne s’accordent pas, comme l’explique Marie-France Le Heuzey, psychiatre à l’hôpital Robert Debré où elle anime une consultation spécialisée dans les troubles en lien avec l’école. « La phobie scolaire, tout comme celle de l’ascenseur ou de l’avion, n’existe pas. C’est un abus de langage. Quant au refus scolaire, terme utilisé par les anglo-saxons, il ne semble pas plus adapté. Les jeunes que je vois en consultation ne refusent pas d’aller à l’école, ils n’arrivent pas à y aller, ce qui est différent. Voilà pourquoi je préfère dire plus simplement qu’ils sont malades de l’école, et en rupture scolaire. »

Données absentes, dénomination qui fait débat : la phobie scolaire a tout d’un phénomène tabou.

Un syndrome aux multiples visages

Comment savoir si son enfant souffre réellement de l’école ? Certains signes doivent interpeller. Les symptômes physiques d’abord : il est pris de véritables attaques de panique lorsqu’il part à l’école, de crises d’angoisse, ou encore de violentes douleurs (à la tête, au ventre…). Et puis dans ses paroles : il crie, supplie qu’on le laisse rester à la maison, menace de fuguer, voire de se suicider. Enfin, il trouve toujours ailleurs des explications à sa crainte d’aller en classe (« les profs ne m’aiment pas », « les autres élèves m’embêtent »…). Dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent les jours sans école, comme les week-ends, et surtout, pendant les vacances scolaires.

Mais qui sont ces enfants ? Pour la psychiatre Marie-France Le Heuzey, deux profils se dégagent. D’abord ceux chez qui les troubles anxieux (souvent, l’enfant en cumule plusieurs) sont au premier plan. Il s’agit notamment d’enfants touchés par l’anxiété de séparation et pour qui le fait de s’éloigner du domicile familial et/ou de leur mère semble impossible, ceux qui souffrent de phobie sociale et sont pris d’attaques de panique dès qu’ils sortent dans la rue, ceux qui ne supportent pas le regard des autres posés sur eux, ou le fait d’être interrogés par leur instituteur… Autant de manifestations d’anxiété souvent aggravées et déclenchées par un stress post-traumatique : l’enfant a subi ou assisté à une humiliation devant ses camarades, il a été agressé sur le chemin de l’école, fait l’objet de menaces…

Le deuxième profil concerne ceux chez qui l’anxiété n’arrive qu’au second plan. Ils sont dépressifs, souffrent d’un profond désintérêt pour leur scolarité, laquelle ne leur apporte souvent aucune gratification, soit parce qu’ils ont de mauvais résultats, soit parce qu’ils s’y sentent incompris (c’est notamment le cas des enfants dyslexiques ou encore hyperactifs). Il arrive alors fréquemment que leur attention se fixe ailleurs, dans un domaine où ils se sentent plus valorisés, comme les jeux vidéos de plus en plus souvent, ou le sport.

« L’angoisse peut aussi naître des enjeux qui se précisent au fur et à mesure que les jeunes avancent dans leur cursus », souligne Béatrice Copper-Royer. Rappelant aussi combien la scolarité aujoud’hui met de plus en plus l’accent sur une orientation précoce. « On met les adolescents en demeure de se déterminer très tôt, comme si, à quatorze ou quinze ans, ils pouvaient avoir des projets d’avenir fermes et être certains de leur choix. »

Des parents désesparés

Pour les parents, il n’est pas évident de comprendre la souffrance de l’enfant. D’autant, explique Béatrice Copper-Royer, qu’il n’est « pas toujours facile de savoir comment réagir face à un comportement dont la logique nous échappe. Toute phobie paraît absurde à celui qui ne l’éprouve pas et rien n’est plus déroutant que de se retrouver face à son enfant quand il exprime une peur panique et semble sourd à tout appel à la raison. » Difficile aussi parfois de bien faire la différence entre le refus scolaire, source de détresse chez l’enfant, et l’école buissonnière, plus comparable à un caprice ou à une attitude de rébellion à l’égard de l’autorité parentale.

D’autant que parfois, ce sont les parents qui, les premiers, sont accusés d’être responsables de l’absentéisme de leur enfant. Une part de responsabilité parfois bien réelle, notamment chez les parents qui surinvestissent la réussite scolaire, qui sont constamment dans le souci de la performance, mais aussi chez ceux qui, tout au contraire, dévalorisent l’école et ses apprentissages

Éviter la déscolarisation

La phobie scolaire ne figure pas sur la liste des maladies reconnues par l’Education Nationale. À ce titre, peu d’aménagements de la scolarité des enfants sont possibles. Faire reconnaître cette maladie est l’un des principaux combats de l’association de parents Phobie scolaire.

Face au refus catégorique de leur enfant d’aller en classe, les parents se voient parfois dans l’obligation de le déscolariser, et d’accepter, même temporairement, la solution des cours par correspondance. Une situation dangereuse, selon les spécialistes. Ils affirment en effet que plus l’absentéisme se prolonge, moins bon est le pronostic, et que le seul moyen de combattre ses peurs est de s’y confronter.

« Dès qu’un parent repère chez son enfant des difficultés à aller à l’école, que celui-ci affirme qu’il n’aime pas ça et essaye de la fuir, il faut entamer un échange avec lui et tenter de comprendre pourquoi, affirme Marie-France Le Heuzey. Il faut aussi aller en parler avec l’équipe pédagogique, le médecin scolaire, et surtout, ne jamais négliger la possibilité que l’on puisse avoir besoin de se faire aider. Puis s’adresser à son médecin traitant, qui saura nous diriger, en cas de besoin, vers un centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) ou un psychologue. »

Les familles qui consultent dans le service de Marie-France Le Heuzey s’y rendent généralement en dernier recours, alors que leur enfant n’a pas mis les pieds au collège ou au lycée depuis plusieurs mois, parfois plusieurs années. « Ici, certains sont hospitalisés plusieurs mois parfois. On travaille sur leur anxiété d’un côté, avec un suivi psychiatrique et souvent une thérapie familiale, et sur leur réintégration scolaire de l’autre. Nous disposons d’un centre scolaire, où les enfants sont encadrés par des enseignants de l’Education Nationale. Lorsqu’ils semblent prêts, nous travaillons à leur réinsertion dans leurs établissements d’origine. »

Fort heureusement, tous les enfants malades de l’école ne nécessitent pas une prise en charge aussi lourde. Chez les plus jeunes (en maternelle et primaire) et lorsque l’on réagit vite, il suffit parfois d’un peu de fermeté et de conviction de la part des parents pour résoudre le problème. Mais quelle que soit l’ampleur de la peur, et l’âge de celui qui en souffre, l’empathie, l’écoute et le soutien sont la meilleure attitude que les parents puissent adopter.

Par Anne-Laure Vaineau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s